En ayant perdu un cadre de vie confortable, j’ai gagné en sérénité

Charlotte Fayat

« J’ai, sans le faire exprès, un jour d’avance sur tout le monde, très pratique pour respecter les deadline client! »

Dans l’équipe RDE Marketing, cette fois-ci c’est Charlotte que je demande! Notre community manager en chef a choisi, en Octobre 2018, de faire ses bagages direction l’Australie et de vivre en mode nomade.

Charlotte a d’abord été mon élève à ISEFAC, puis ma stagiaire, ensuite ma salariée (et très vite, dans tout cela, mon amie). Aujourd’hui, elle prend son envol en tant que freelance et je ne pouvais qu’encourager sa soif d’indépendance et d’aventure. Elle nous raconte ici ses premiers mois de nomade.

Comment occupes-tu tes journées ? Qu’est-ce qui est différent dans ta manière de vivre ?

Je fais partie de la team RDE Marketing, depuis peu en tant que freelance ! Je m’occupe principalement de la stratégie social media de nos clients et, de temps en temps, je fais aussi de la rédaction et du graphisme. Avant, j’animais également, régulièrement, des formations ou des ateliers dédiés aux réseaux sociaux à des étudiants d’écoles de commerce ou au sein d’entreprises.

Mais ça, c’était avant que je décide de partir à 15 000km de Lyon direction… l’Australie !

Depuis, j’ai également été serveuse dans un café typiquement australien, professeur de français, ramasseuse de tomates, et j’en passe…

Quand es-tu passé d’un style de vie traditionnel (métro-boulot-dodo) à une approche moins conventionnelle du quotidien ?

Avant ce grand départ, je n’avais déjà pas un style de vie « traditionnel ». Le métier de community manager l’explique en partie : les horaires usuels et les week-ends n’ont pas vraiment d’importance. Selon le degré d’urgence, il faut être capable d’être disponible à tout moment.

Le grand saut a, toutefois, eu lieu le 15 octobre 2018. Il y a donc 8 mois maintenant !

En quoi ce changement avait-il du sens pour toi ? Quel impact cela a-t-il eu sur ta vie ?

Je rêvais depuis très longtemps de partir, si possible loin et au soleil. J’en avais également très peur, c’était donc une grande fierté d’arriver en vie à destination.

Dans mon travail au quotidien, il n’y a pas eu d’énormes changements. Merci à internet et à la flexibilité des gens avec qui je travaille !

Personnellement, ça a par contre été une belle baffe. Je n’ai pas besoin de vous vanter les mérites du voyage mais j’ai pu vérifier par moi-même ce que tout le monde répète sans cesse. Les expériences, les rencontres, l’indépendance et un futur qui se dessine au fur et à mesure… Autant de choses qui rendent le quotidien excitant et qui deviennent vite addictives !

Ah si niveau travail, il y a un avantage considérable à travailler à l’autre bout du monde… Le décalage horaire ! J’ai donc, sans le faire exprès, un jour d’avance sur tout le monde, très pratique pour respecter les deadline client (« c’est pour hier ! »).

Comment ta famille voyait-elle ton futur ? Est-ce que cette nouvelle vie a été quelque chose qu’ils ont accepté facilement ?

Dans ma famille, nous sommes habitués à bouger régulièrement. Plus jeune, j’ai déménagé quatre fois avant d’arriver à Lyon, où nous nous sommes enfin installés. C’était donc presque normal pour eux de me voir partir. Et, finalement, mon départ m’a rapproché de ma famille qui est de nouveau installée en Nouvelle-Calédonie (plus que quatre heures d’avion nous séparent désormais !).

Quelles sont tes principales sources de stress au quotidien ? Comment les géres-tu ?

Étrangement, en ayant perdu tout repère et un cadre de vie confortable, j’ai également gagné en sérénité. J’ai appris à lâcher prise sur tout ce dont je n’avais aucun contrôle. La seule chose sur laquelle je reste intransigeante c’est ma connexion internet. Sans elle, je suis au chômage technique ! Je suis donc prête à dépenser quelques dollars de plus pour m’assurer une bonne connexion, même au fin fond du bush australien.

J’ai aussi comme beaucoup, la peur de manquer de temps. Pour travailler ou pour profiter de mon aventure. Être freelance, c’est généralement devoir apprendre à trouver le bon équilibre entre gagner de l’argent et pouvoir aménager son temps de loisir. C’est grisant et, en même temps, on ne peut s’en prendre qu’à soi-même quand on a bu la bière de trop la veille et qu’on pique du nez devant son ordinateur… Du coup, on apprend vite à optimiser son temps (les trajets en train par exemple), à privilégier ce qui est vraiment important à faire tout de suite et à réussir à se déconnecter de temps en temps !

Quelle est la plus grande joie liée à ton style de vie ?

De pouvoir travailler d’où je veux ! Des cafés remplis de surfeurs mais aussi au fond de mon lit de backpacker hostel… Cela rend chaque journée différente et cela me pousse à profiter de chacune d’elle.

Comment gères-tu les relations avec tes clients, collègues, amis, famille, partenaire(s)… ?

Le nomadisme commence peu à peu à se démocratiser donc mes clients trouvent ça au choix «original, mais pourquoi pas» ou «mais c’est super !».

Mes collègues sont, pour la plupart, comme moi des entrepreneurs ou des freelances. Ils sont généralement passés par là avant moi donc je ne surprend personne je pense.

Pour mes amis, c’est plus compliqué car je rate les petits moments du quotidien. Encore une fois, merci Internet / Instagram / Skype et… Les messages vocaux ! C’est ma nouvelle passion du moment, j’en envoie à toute heure dès que quelque chose me passe par la tête.

Qu’est-ce qui te fait vibrer en ce moment ?

Ca n’a rien d’original mais j’ai fini par me mettre à écouter des podcasts sur tout et n’importe quoi. Parfait pour occuper les longs trajets et les heures de travail à la chaîne.

Je m’amuse beaucoup aussi à faire dire des choses insensées en français à mes nouveaux amis anglophones. Une vidéo est en cours de montage !

Y-a-t-il une chose que peu de gens savent sur toi?

Je déteste le film plastique. Ça me rend folle, c’est la pire invention du monde.

Plus sérieusement, la plupart des gens sont assez étonnés de ma capacité à travailler à des moments improbables : sur le chemin du retour en taxi, sur la plage, très tard le soir ou très tôt le matin. C’est un peu extrême mais c’est une façon pour moi d’optimiser mon temps ! Promis, je ne le fais pas tout le temps…

Quel achat de moins de 100€ a le plus amélioré ton quotidien ces dernières années ?

J’essaie de calmer mes pulsions shopping étant donné que je dois désormais voyager avec moins de 20 kg. Avant de partir, j’avais déjà commencé à m’intéresser à la tendance du minimalisme et au fait d’acheter des choses autre que matérielles ou du moins qui t’apportent un réel plaisir.

Mon dernier achat a donc été de me payer une nuit dans un « vrai » hôtel à Melbourne. Après des mois de vie en communauté et dans des conditions aléatoires, c’est un petit luxe qui n’a pas de prix ! Enfin si $90.

Si tu avais un conseil à donner à quelqu’un qui veut vivre et travailler différemment, ce serait quoi?

D’y aller forcément ! Mais en prenant le temps de se renseigner avant. Si le changement fait aussi peur, c’est parce qu’on se confronte généralement à l’inconnu.

Où les lecteurs peuvent-ils te trouver ?

J’écris des articles sur les dernières tendances social media pour le blog de RDE Marketing.

Pour le côté professionnel, j’ai un profil LinkedIn à peu près à jour et, pour les bêtises, j’ai un compte Instagram où je me plains de ma vie de backpacker en stories.

Mais
Encore

 

Newsletters

  • Le Kameleon Express: Chaque mois, cinq ressources pour freelancers et autres travailleurs nomades. Ce sont des articles, des outils, des conférences, et autres vidéos ou cours en ligne repérés sur le net. Ils ont retenus mon attention, je les connais un peu ou très bien et je les partage avec vous.
    Attention: beaucoup de ces contenus risquent d’être en anglais. Vous êtes prévenus!
  • Les Nouvelles Fraîches: Toute l’actualité du collectif concentrée en une courte newsletter mensuelle. Pour ceux qui ne sont pas fans de Facebook et qui veulent quand même se tenir informés des prochains événements, des portraits de Kaméléons et autres challenges.
  • Les Exclus: Une opportunité professionnelle par-ci, une offre promotionnelle par là… Si vous voulez vraiment tout savoir avant tout le monde, cochez cette case. Promis, votre adresse ne sera vendue à personne et tout ce qui viendra à vous sera sérieusement vérifié par mes soins.
Prenez votre dose d'inspiration

Prenez votre dose d'inspiration

Chaque mois, recevez le portrait inspirant de personnes qui vous ressemblent et qui ont fait le choix de s’affranchir des conventions pour vivre à leur manière et revendiquer leur liberté.

Votre première dose d'inspiration arrive dès demain!