Je n’étais pas du tout inspiré par les compromis attendus pour la «récompense» d'une promotion

Kevin Hasset

« Je savais que si je n’essayais pas à ce moment-là, je pourrais passer toute ma vie à me demander… « et si?« 

Autre rencontre faite au détour de WDS, Kevin était venu assister à un MeetUp que j’avais organisé sur le thème du nomadisme et de l’indépendance géographique. Je me suis vite rendue compte qu’il était bien plus versé sur la question que de nombreux participant.e.s et il est vite devenu une excellente source de conseils pour les nomades débutants ou wanabee.

Je me suis dit que c’était l’occasion de vous offrir une nouvelle histoire inspirante où lorsque le status-quo ne convient plus, il est toujours possible de tester quelque chose de différent.

Comment occupes-tu tes journées ? Qu’est-ce qui est différent dans ta manière de vivre ?

Je travaille dans le marketing digital. Je suis américain et mais je vis sans pays fixe depuis plus de cinq ans tout en travaillant sous contrat pour des entreprises et des agences dans le domaine de l’e-mail marketing et de la publicité sur Facebook. Ce qui rend mon style de vie différent de celui de beaucoup dans ma famille et mes amis, c’est que je ne passe plus tout mon temps au même endroit, à la place, je voyage ou je m’installe dans différents endroits pour une durée d’un à six mois environ.

Quand es-tu passé d’un style de vie traditionnel (métro-boulot-dodo) à une approche moins conventionnelle du quotidien ?

J’ai changé de vie en août 2014. Après avoir remis mon préavis de deux semaines pour quitter mon dernier emploi à temps plein, en début de mois, ma boss m’a demandé si je pouvais rester jusqu’à la fin du mois, en guise de faveur, pour aider à la transition d’un nouveau manager qui arrivait. J’ai accepté car j’aimais les gens avec qui je travaillais dans cette équipe et que je n’avais pas prévu de partir avant octobre de toutes façons.

Il s’est avéré que c’était probablement une bonne chose d’avoir fait ça car, un an plus tard, elle a fini par me demander de travailler officiellement pour eux en freelance – sauf que cette fois, elle savait que je voyageais déjà. Elle était donc ravie de me laisser travailler à distance de n’importe où (chose que l’entreprise ne semblait pas prête à laisser les gens faire un an plus tôt). Ce fut mon premier gros contrat et il m’a donné l’élan dont j’avais besoin à l’époque, alors que j’étais encore tout frais dans le monde du freelancing nomade.

En quoi ce changement avait-il du sens pour toi ? Quel impact cela a-t-il eu sur ta vie ?

Ce changement avait du sens pour plusieurs raisons.

1) Bien que j’aimais les gens avec qui je travaillais et que le boulot était intéressant, je ne voyais pas mon avenir dans cette entreprise – ou probablement dans la majorité des entreprises américaines d’ailleurs. Alors que j’étais ami avec beaucoup et respecté de nombreuses personnes dont les postes auraient été les prochaines étapes dans ma carrière, je n’étais pas du tout inspiré par les compromis attendus pour la «récompense» d’une promotion. Lorsque j’imaginais à quoi ressemblerait ma vie si je continuais sur ce chemin, je n’en voulais pas. Ça ne me semblait tout simplement pas être un mode de vie sain auquel aspirer mentalement, physiquement et émotionnellement ; et je savais que c’était un train dont je devais descendre pour trouver «une autre voie». Il existe certainement des entreprises qui sont plus progressistes par rapport aux normes américaines et qui gèrent mieux le bien-être des employés. Mais malheureusement, c’est plus l’exception que la règle.

2) J’avais besoin d’une pause. Je me sentais épuisé depuis des années et je savais que je devais faire autre chose de ma vie. Ma réponse à ce stade était soit de tenir le coup, soit de trouver un emploi avec un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, soit de commencer quelque chose en parallèle et de trouver les réponses pendant mon temps libre. J’ai fait tout cela. Mais, pour moi, cela nécessitait le genre de temps et d’espace qui ne pouvait être obtenu qu’en arrêtant complètement tout.

3) Alors que la nécessité de descendre de la «roue du hamster» et de faire une pause était définitivement une alarme qui bourdonnait dans mes oreilles depuis longtemps, c’est l’attrait du voyage et de voir le monde qui est finalement devenu la motivation de réellement passer à l’action. Je m’étais intéressé aux voyages, à d’autres pays et à d’autres cultures depuis ma plus tendre enfance.

Et pourtant, malgré ce désir ardent, et même avec mon diplôme universitaire en commerce international, ce n’est qu’à 33 ans que j’ai quitté l’Amérique du Nord pour la première fois (alors que j’avais beaucoup voyagé aux États-Unis, mon seul voyage international avait été au Canada, une fois, quand j’avais 15 ans). J’ai commencé par prendre 10 jours de vacances en Europe, ce qui était essentiellement un test, et j’ai compris que je voulais en faire un style de vie où je pourrais avoir la liberté d’aller où je veux, quand je veux.

Et je savais que si je n’essayais pas à ce moment-là, je pourrais passer toute ma vie à me demander toujours « et si? » Je ne rajeunissais pas. Je n’avais pas les responsabilités d’une famille et d’enfants (même si d’autres personnes gèrent très bien ce style de vie malgré ces responsabilités). Il n’y aura jamais de moment idéal, cela ne deviendra jamais plus facile plus tard non plus. Sans oublier, il n’y a AUCUNE garantie d’un «plus tard». Logiquement, dans mon esprit, je devais faire le saut – un saut aussi illogique qu’il puisse paraître à la société.

Quant à la façon dont cela a changé ma vie… l’effet a été immédiat! Dès que j’ai quitté le bureau de ma boss après lui avoir dit que je partais, j’ai eu l’impression que le poids du monde s’était retiré de mes épaules! Il y avait certainement un nouveau sentiment de liberté et de confiance, même si je ne savais pas comment ou si je serais en mesure de maintenir ce style de vie pendant très longtemps. Au moins je pouvais voyager un peu et voir certains endroits et événements que je voulais voir et faire depuis des années, même si je devais un jour potentiellement revenir à mon ancien mode de vie.

Mais, au lieu de cela, ma confiance en moi s’est améliorée et ma vision du monde est devenue beaucoup plus claire. Je suis maintenant allé dans 25 pays sur quatre continents. Je me suis fait des amis partout dans le monde, j’ai tissé des liens avec différentes villes où je me sens maintenant comme chez moi, j’ai commencé un nouveau hobby avec la photographie, j’ai commencé à apprendre une autre langue (le norvégien), j’ai découvert que le froid ne me dérangeait pas lors de mes voyages dans les pays nordiques alors que j’ai grandi en détestant les hivers dans le nord des États-Unis au point d’emménagé en Floride après la fac. Maintenant, je change régulièrement de climat et ça ne me dérange pas. J’apprécie autant les tropiques que l’Arctique! Je suppose que dans l’ensemble, je me sens plus en mesure de m’adapter à différentes situations – peu importe ce qui se passe autour de moi.

Comment ta famille voyait-elle ton futur ? Est-ce que cette nouvelle vie a été quelque chose qu’ils ont accepté facilement ?

Je pense que j’ai tendance à garder mes rêves pour moi à moins que je sois avec quelqu’un que je pense être réceptif, capable de comprendre et de résonner avec de tels rêves. C’est peut-être une protection inconsciente pour ne pas me laisser décourager par les râleurs ou m’entendre dire qu’il faut « être plus réaliste ».

Ce fut le cas avec ma famille – en particulier avec mes parents. Ils savaient, évidemment, que je m’intéressais aux voyages et au monde en général, et ils savaient également que j’étais souvent frustré et épuisé par ma carrière. Cependant, je sentais bien, que lorsque que je leur ferai part de ces frustrations, ils ne seraient pas prêts à comprendre.

Donc, même si j’avais acheté mes billets d’avion des mois auparavant et que quelques personnes étaient au courant de mon intention de partir, ce n’est que lorsque j’étais définitivement engagé, après avoir remis ma démission (ce qui signifiait qu’il y avait absolument PAS de retour en arrière possible), que je leur ai finalement dit. Mon intuition s’est avérée correcte – ils ont reculé et étaient contre l’idée. Ils m’ont conseillé de tenir le coup et de trouver un autre emploi pendant que j’en avais encore un. Trop tard! Haha.

Il ne leur a pas fallu longtemps pour changer d’avis. Je pense que c’était juste le choc initial, tout d’un coup: « hé, j’ai donné ma démission aujourd’hui et je vais partir en voyage pour qui sait combien de temps! » Pour eux, ça sonnait comme un caprice du moment, une mauvaise décision prise à la hâte, mais bien sûr, ce n’était pas le cas. Une fois qu’ils ont réalisé que je planifiais cela depuis longtemps, que je voulais vraiment voir le monde tant que je pouvais encore le faire, et que ce n’était pas un choix imprudent, ils ont compris que c’était une bonne chose. Depuis ils me soutiennent dans mon choix de style de vie.

Mis à part ce rejet initial de mes parents, j’ai été en fait assez surpris du peu de négativité que j’ai reçu de la part de mon entourage. J’en ai eu très peu. Je suppose que j’ai juste des amis et une famille géniaux! 😊

Quelles sont tes principales sources de stress au quotidien ? Comment les géres-tu ?

Gestion du temps, discipline pour concilier travail et vie quotidienne, savoir où je vais être la semaine, le mois, l’année, etc. Comme je suis quelqu’un qui aime avoir beaucoup de flexibilité, cela conduit souvent à la une planification à la volée, un peu en mode panique. J’aime bien, mais c’est stressant en même temps. Il y a des moments où j’ai l’impression que je n’ai du temps que pour le travail et pour planifier mon prochain voyage, cela ne me laisse parfois pas le temps d’apprécier l’endroit où je suis à ce moment-là.

C’est quelque chose que je suis vraiment soucieux d’améliorer, car c’est un défi que je rencontre fréquemment. J’ai remarqué que les moments où j’ai un meilleur contrôle sur mon agenda est lorsque j’ai une routine (se réveiller tôt, faire de l’exercice, prendre le temps de méditer, réduire les notifications / distractions électroniques, etc.)

Quelle est la plus grande joie liée à ton style de vie ?

Le simple fait de voyager, le sentiment de découverte et de liberté que ça me donne. C’est juste naturel pour moi.

Aussi, le fait de pouvoir aller quelque part, n’importe quand, sans me poser de questions. Je peux juste partir. Grâce à la technologie et à mon mode de vie, j’ai la liberté de pouvoir continuer à travailler si j’en ai besoin (et je peux ajuster mon emploi du temps comme je le souhaite, en grande partie). Je peux rester en contact avec mes amis et ma famille, même à travers le monde. De plus, être dans un nouvel endroit m’encourage davantage à aller au devant des autres et à me faire de nouveaux amis, de cette manière je garde aussi des relations humaines.

Comment gères-tu les relations avec tes clients, collègues, amis, famille, partenaire(s)… ?

Certains outils en ligne m’aident beaucoup là-dessus. Professionnellement, des programmes comme Slack et Asana sont devenus essentiels. Pour tout le reste, les réseaux sociaux et les messageries m’aident à rester en contact et à suivre de qu’il se passe dans la vie de mes proches.

Je rends visite à ma famille souvent lorsque je suis de retour aux États-Unis, et je suis reconnaissant d’avoir pu passer plus de temps avec eux que si j’étais resté dans mon mode de vie d’avant.

Bien que je ne puisse pas voir mes amis aussi souvent que je le voudrais, vu que tout le monde est réparti dans tout le pays, voir dans le monde entier, il y a eu un certain nombre de rencontres inattendues qui se sont produites, grâce à la possibilité de voir ce que les gens font via les réseaux sociaux. C’est encore plus cool quand de telles rencontres se produisent lorsque vous voyagez dans un autre pays au même moment! Il y a des amis avec qui j’ai passé du temps dans plusieurs pays maintenant!

Qu’est-ce qui te fait vibrer en ce moment ?

L’une de mes activités préférées est de jouer au tennis, et pourtant c’est quelque chose que j’ai largement négligé au cours des cinq dernières années. J’ai décidé qu’après les vacances, je passerai tout l’hiver et le printemps en Floride, où j’ai vécu la majeure partie de ma vie d’adulte, et que profiterai du beau temps, des courts de tennis en terre battue et de mon réseau d’amis pour recommencer à jouer.

J’ai aussi récemment renouvelé mon passeport, j’ai donc un carnet complètement vierge qui ne demande qu’à être rempli! C’est presque comme tout recommencer à zéro. J’ai hâte de retrouver le monde dès cet été, en commençant avec de la dixième et dernière édition de WDS, un événement qui me rends à la fois très triste et très excité!

Y-a-t-il une chose que peu de gens savent sur toi?

C’est un peu difficile à répondre, car en bon multipotentiel, différentes personnes savent des choses différentes sur moi. Certains me connaissent en tant que voyageur passionné, ou en tant que joueur de tennis passionné et grand fan de football américain, d’autres savent que je suis un geek des gadgets et la technologie, d’autre me connaissent en tant qu’auteur et spécialiste des médias / communication sportives (ma première carrière), ou que je suis extrêmement difficile avec la nourriture (ce qui semble probablement étrange étant donné combien j’aime voyager). Certains me connaissent comme chanteur du karaoké amateur ou comme aimant l’humour farfelu et farceur. Et pourtant, pour d’autres je suis un introverti très calme, contemplatif et réfléchi. J’ai beaucoup de facettes, dont certaines semblent se contredire.

Donc, généralement, je pense qu’au moins une de ces choses finit par être «une chose» que les gens ne n’imaginent même pas – mais c’est une chose différente selon la personne et d’où elle me connaît.

Quel achat de moins de 100€ a le plus amélioré ton quotidien ces dernières années ?

Je pense qu’il y a probablement plusieurs achats de ce type, et je recherche également toujours des choses qui m’aideront à vivre et à voyager plus léger, plus efficacement et plus sainement. À cet égard, je dirais que le principal achat qui me semble avoir le plus amélioré ma vie est le support pour ordinateur portable Roost. Il s’agit d’un petit appareil portable qui se plie à la taille d’un parapluie, mais qui peut soutenir l’écran de votre ordinateur portable afin que vous puissiez le regarder au niveau des yeux avec une bonne posture et sans avoir à plier le cou. Ça change vraiment la donne pour le cou et les épaules!

Si tu avais un conseil à donner à quelqu’un qui veut vivre et travailler différemment, ce serait quoi?

Entourez-vous de gens qui vous ressemblent, qui ont un objectif similaire. Vous les trouverez peut-être dans un espace de co-working, un groupe Facebook, un mastermind, ou simplement via votre réseau.

Malheureusement pour certains, les amis et la famille qui partagent leur quotidien actuel ne seront peut-être pas aussi ouverts et compréhensifs lorsqu’ils changeront de style de vie, et c’est important d’avoir un réseau de gens qui seront là pour vous.

Où les lecteurs peuvent-ils te trouver ?

Instagram est l’endroit où j’ai probablement été le plus actif au cours de ces dernières années. Je suis en train de relancer / reconstruire mon site web, et j’ai encore un peu de travail à faire dessus, mais vous pouvez le trouver ici: kevinhassett.me. Je veux également commencer à publier activement des articles sur les voyages / la photographie sur Pinterest – c’est donc un autre réseau que je prévois d’explorer au cours de la nouvelle année.

Mais
Encore

 

Newsletters

  • Le Kameleon Express: Chaque mois, cinq ressources pour freelancers et autres travailleurs nomades. Ce sont des articles, des outils, des conférences, et autres vidéos ou cours en ligne repérés sur le net. Ils ont retenus mon attention, je les connais un peu ou très bien et je les partage avec vous.
    Attention: beaucoup de ces contenus risquent d’être en anglais. Vous êtes prévenus!
  • Les Nouvelles Fraîches: Toute l’actualité du collectif concentrée en une courte newsletter mensuelle. Pour ceux qui ne sont pas fans de Facebook et qui veulent quand même se tenir informés des prochains événements, des portraits de Kaméléons et autres challenges.
  • Les Exclus: Une opportunité professionnelle par-ci, une offre promotionnelle par là… Si vous voulez vraiment tout savoir avant tout le monde, cochez cette case. Promis, votre adresse ne sera vendue à personne et tout ce qui viendra à vous sera sérieusement vérifié par mes soins.
Prenez votre dose d'inspiration

Prenez votre dose d'inspiration

Chaque mois, recevez le portrait inspirant de personnes qui vous ressemblent et qui ont fait le choix de s’affranchir des conventions pour vivre à leur manière et revendiquer leur liberté.

Votre première dose d'inspiration arrive dès demain!