Parfois vous avez vraiment envie de faire quelque chose, mais une petite voix en vous se réveille: « Même pas en rêve! » Et si cette petite voix interne et toutes les histoires qu’elle nous raconte sur notre confiance en nous, notre capacité à faire quelque chose, notre status social avait un lien très proche avec les informations que nous devons partager avec autrui pour les convaincre d’acheter nos produits et services.

On est foutus? Pas complètement. La bonne nouvelle: on peut changer la donne.

Pour cela explorons ensemble:

  • Comment faire ami-ami avec notre critique interne et tourner tout cet auto-dialogue négatif à notre avantage.
  • Ce que sont vraiment l’authenticité et l’expertise, et comment les gagner en faisant des changements subtils dans la manière dont on parle de nous-même et dans les informations que l’on partage avec nos clients.
  • Comment améliorer notre story-telling personnel, et s’appuyer moins sur l’écrit pour raconter notre histoire.

Faire ami-ami avec notre critique interne

Vous avez vraiment envie de donner ce discours, de lancer ce blog ou de faire ce pitch… mais votre « petite voix » vous dit que non, ça ne va pas le faire…

Parfois, l’auto-dialogue négatif peut vous stopper complètement. Et c’est, initialement, pour une bonne raison. L’objectif évolutionnaire de cette voix  est de vous protéger. Mais être bien protégé et promouvoir efficacement ses services ne vont pas forcément bien ensemble.

Le mécanisme psychologique qui nous met dans un mode fly, fight or freeze (fuite, affrontement ou immobilité) est tout le temps en stand-by. Et ce ne sont pas uniquement les menaces bien claires et conscientes qui le mettent en alerte. Nous sommes cablés pour éviter les risques, et parfois cela peut nous empêcher de prendre même de tout petits risques. Dès qu’un peu d’anxiété pointe le bout de son nez, la solution de facilité c’est de tout arrêter.

L’astuce, c’est de reconnaitre les symptomes et de se souvenir que a) ce sont des sentiments tout ce qu’il y a de plus normaux et b) on peut travailler dessus.

On ressent souvent une grande anxiété face aux choses que nous avons le plus besoin de faire.

Donc, le niveau d’anxiété peut être un indicateur que nous sommes sur le point de faire quelque chose d’important!

Travailler sur ses peurs

Ne vous battez pas contre vos peurs. Observez-les. On vit plus facilement avec des choses qui nous sont familières. Lorsque vous commencez à angoisser ou à prendre peur dans une situation donnée, soyez à l’écoute. Prenez le temps de découvrir toutes les sensations qui vont avec votre réaction à cette situation.

Faites ami-ami avec vos peurs.

Vous habituer aux symptomes de la peur vous permet de séparer le symptome (avec lequel vous pouvez vivre) de l’émotion provoquée par la situation elle-même. Plus tard, lorsque la panique commencera à s’installer, vous pourrez vous souvenir que ce sont les symptomes liés au challenge qui ne sont pas très agréables, mais pas la chose que vous devez faire.

Nommer et recadrer

C’est un procédé à travers lequel on identifie consciemment et on donne un nom aux shémas de pensée récurrents et inutiles. Une fois que l’on a nommé une manière de penser, « oh, c’est mon angoisse de la prise de parole en public qui revient… » il est d’autant plus facile de s’en séparer et de commencer à travailler dessus.

  • Pouvez-vous identifier vos shémas de pensée récurrents et inutiles?
  • Quel(s) nom(s) pourriez-vous leur donner?
  • Comment pourrait-on s’y préparer, trouver de l’aide ou travailler dessus différemment?

Le syndrome de l’imposteur

Vous n’êtes pas seuls. Nous souffrons tous du syndrome de l’imposteur à un moment ou un autre. En fait, plus vous êtes intelligent et en accord avec vous même, plus risquez d’en ressentir les symptômes. Les meilleures tactiques pour le contrôler sont:

  • Demandez un feedback 360 degrés à des personnes en qui vous avez confiance.
  • Souvenez-vous et remerciez-vous pour tous vos succès passés (voir ci-dessous).
  • Gardez un journal quotidien de vos succès, aussi petits soient-ils.

Challenge: Retour rapide

Cet exercice est destiné à vous aider à vous souvenir de tous vos « temps forts ».

Il y a deux manières de faire cet exercice: tout seul ou avec un.e ami.e qui veut le faire aussi.

Imaginez que vous vous promenez sur la route des souvenirs, et, au fur et à mesure que vous remontez les années, essayez de vous souvenir des expériences qui vous ont marqué.e et de vos plus beaux succès professionnels ou personnels. Notez chaque souvenir et remontant le temps aussi loin que possible.

Ensuite, revenez doucement vers le présent, en évaluant chacune des expériences que vous avez notées. De quel.le.s compétences, savoirs, expériences ou forces avez-vous du faire preuve pour que chacun de ces moments soit aussi positif?

Pourriez-vous retrouver ces sensations dans le moment présent et les utiliser pour les challenges à venir?

On oublie parfois combien le passé est rempli de trésors

À vous de jouer!

Photo by v2osk

Prenez votre dose d'inspiration

Prenez votre dose d'inspiration

Chaque mois, recevez le portrait inspirant de personnes qui vous ressemblent et qui ont fait le choix de s’affranchir des conventions pour vivre à leur manière et revendiquer leur liberté.

Votre première dose d'inspiration arrive dès demain!